COMPTE RENDU – CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE HOPITAL REGIONAL DE KANKAN

Référent expert :

Dr HARTER Sophie

Gynécologue obstétricienne, spécialisée en chirurgie pelvienne

 

 

Introduction

Depuis plusieurs missions, EDA et ses différents intervenants ont enseigné la chirurgie du prolapsus génital féminin par voie basse selon la technique développée par le Dr Rosenthal.

Lors de ma dernière mission, accompagnée du Dr François Boudinet, j’avais pu rencontrer Dr Souaré, chef de service de la maternité de Kankan. Nous avions déjà réalisé des interventions de ce type ensemble.

 

Objectif de la mission

Approfondir leur expérience et leur pratique en chirurgie du prolapsus génital féminin par voie basse.

 

Déroulement de la mission

Nous avons échangé par mails avec le chef de service pour la sélection des cas.  Il avait consulté plusieurs patientes et sélectionné une dizaine de cas. En l’absence d’IBODE de l’équipe EDA associée à cette mission, nous avons convenu de ne pas surcharger le programme opératoire.

 

A notre arrivée à Kankan le dimanche 20/10, j’ai pu rencontrer et échanger avec les médecins du service pour organiser la collaboration.

 

Lundi 21/10, nous avons assisté au staff avec présentation de l’équipe EDA.

Dans la matinée, j’ai rencontré le personnel du bloc opératoire pour référencer le matériel (2 boites complètes et les ancillaires) ainsi que les possibilités de stérilisation.

 

Les consultations ont permis de sélectionner les patientes à opérer : 7 patientes sélectionnées au total pour la première semaine, 2 patientes récusées pour diagnostic de fibromes de petite taille et cystocèle grade 1 chez une patiente jeune.

Les cas sélectionnés comprenaient : 4 cas de prolapsus grade 4, 1 cas de myomes multiples, 1 cas de néoplasie de la vulve et 1 cas d’imperforation hyménéale avec hématocolpos.

Les patientes ont ensuite été réparties sur la semaine au bloc opératoire.

 

Dans l’après midi, EDA a organisé une réunion de bloc pour lister les difficultés :

  • en présence des membres EDA et des personnels hospitaliers de Kankan associés au bloc opératoire
  • des référents sont nommés pour la responsabilité de la stérilisation et de l’entretien du matériel
  • un infirmier sera dédié à une salle opératoire chaque jour
  • quid de la salle de réveil et de la réanimation, quels malades y hospitaliser ? pour quelle durée ?

C’est le chirurgien en accord avec l’anesthésiste qui décide si le cas relève d’une surveillance en réanimation

en l’absence de gravité, le malade peut retourner en service avec une surveillance rapprochée spécifique

  • un interne et un infirmier seront dédiés chaque jour à la surveillance des malades en réanimation. L’interne est désigné par la responsable d’anesthésie et validé par le chef de bloc

 

Lundi 28/10, nous avons à nouveau pu sélectionner 5 patientes à opérer pour la deuxième semaine dont : 1 cas de suspicion de kyste géant de l’ovaire, 3 cas d’utérus polymyomateux (1 hystérectomie par laparotomie et 2 polymyomectomies), 1 cas de prolapsus grade 3.

 

Chaque journée se déroulait comme suivant :

  • visite des opérées à 8h
  • début des interventions à 9h, fin à 15h
  • contre visite à 15h et entretien avec la famille

 

Observations et constats initiaux

Au départ, l’absence d’infirmière de bloc pour la gynécologie ainsi que pour la gestion de la stérilisation au sein de l’équipe EDA m’a inquiétée. A notre arrivée, les responsables de l’hôpital de Kankan nous ont certifié que le nécessaire avait été fait en amont pour que la mission se déroule au mieux.

 

Les apprenants en gynécologie étaient au nombre de 4.

 

 

 

Activités réalisés

 

 VisiteBlocContre visite
21/10/19– Staff

– Sélection des patientes

– organisation du bloc et de la stérilisation

  
22/10/19 – myomectomie/laparo

– prolapsus grade 4

– vulvectomie partielle

Post opératoire et famille
23/10/19Visite, soins des malades– 2 prolapsus grade 4Post opératoire et famille
24/10/19Visite, soins des malades– prolapsus grade 4

– imperforation hymen

Post opératoire et famille
25/10/19Visite, soins des maladesInterventions supervisées

– drilling ovarien, infertilité

– GEU gauche / salpingectomie

Post opératoire et famille

Enseignement sur hystérectomie vaginale, discussion sur l’intérêt des épisiotomies

26/10/19Visite, soins des malades  
27/10/19 REPOS 
28/10/19Visite, soins des maladesSuspicion de kyste géant de l’ovaire : malformation rénale avec sd de jonctionConsultation et programmation de la semaine

Post opératoire et famille

29/10/19Visite, soins des malades– hystérectomie / laparotomie

– myomectomie

Cours aux synthésards

Post opératoire et famille

30/10/19Visite, soins des malades– prolapsus grade 3Post opératoire et famille

Tri de la réserve EDA

31/10/19Visite, soins des malades– myomectomiePost opératoire et famille
01/11/19Visite, soins des malades

3 consultations des opérées de la 1ère semaine

Rédaction d’un cas clinique de la patiente présentant une malformation rénalePost opératoire et famille
02/11/19 RETOUR 

Moyens et matériels disponibles

  • table en position gynécologique, problème des étriers mal assemblés
  • 2 boites de chirurgie associées à la gynécologie mais instruments parfois non adaptés (trop longs ou usagés, pinces ne se fermant plus)
  • ancillaires disponibles, stérilisés par paire
  • fils non fournis dans les kits
  • champs opératoires difficiles à fournir en fin de mission

 

L’infirmier de bloc attaché à la salle de chirurgie gynécologique était initialement peu investi, s’endormant en cours d’intervention, et non présent lors des installations. La deuxième semaine, ses efforts étaient ressentis et les blocs se sont déroulés sans problème.

 

L’équipe de stérilisation s’est engagée à fournir chaque jour les instruments souhaités, et a tenu ses promesses.

L’équipe médicale a été très intéressée et efficace.

 

Un bilan de mi mission a été fait avec les responsables de service et d’EDA concernant la  programmation des blocs, le personnel responsabilisé au bloc, notre objectif d’enseignement et non de substitution…

 

Résultats observés

Quantitatifs

  • 4 médecins formés au bloc opératoire
  • 14 patientes opérées dont 5 prolapsus génitaux

 

Qualitatifs

Les médecins qui m’ont accompagnée au cours de cette formation n’ont pu opérer que 5 cas de prolapsus mais cela a permis d’approfondir leur maîtrise des plans de dissection et leur connaissance de l’anatomie du prolapsus génital.

 

La découverte fortuite du cas de malformation rénale avec résection d’un bassinet de 7 litres et ré abouchement des uretères, a conduit à la rédaction d’un cas clinique pouvant être publié dans une revue francophone. Les médecins sont chargés de la rédaction de ce dernier avant de me le faire parvenir pour la re lecture. Ce travail permet ainsi de les faire participer à un travail de recherche bibliographique et de leur donner l’envie de faire des travaux universitaires au sein des services hospitaliers.

 

J’ai noté l’implication croissante du personnel de bloc opératoire au cours des 15 jours de mission.

 

L’enseignement de l’hygiène au bloc opératoire (lavage de main, badigeon des patientes, pose de sonde urinaire) a porté ses fruits puisque je n’ai pas eu besoin de l’expliquer à nouveau.

 

Points forts

Nous avons pu, au cours de cette mission, établir une organisation de bloc opératoire un peu plus rigoureuse permettant de donner à chacun son rôle dans la structure, Ainsi, chaque membre du personnel sait quelle tache il doit accomplir. Cela permet la valorisation des équipes et la communication.

 

 Points à améliorer

La lecture du registre de bloc opératoire m’a permise de répertorier le nombre de prolapsus opérés en notre absence : environ une dizaine en 6 mois. Il s’agissait pour la plupart de plicatures sous vésicales simples sans utiliser la méthode enseignée. Le matériel restant sur place, la question est de savoir pourquoi. Doit on réaliser plus de mission concernant cette thématique ?

Le chef de service s’est impliqué dans peu d’interventions et reste en tant qu’observateur. Il faudrait que celui ci opère à nos côtés mais ses obligations de service l’en empêchent souvent.

 

Nous étions 3 chirurgiens lors de cette mission donc les besoins au bloc opératoire ont été plus importants. Les besoins en électricité ont donc été majorés aussi et les coupures intempestives restent un frein majeur.

 

 Recommandations pour la suite des actions

Une prochaine mission devrait comprendre un électricien pour améliorer le réseau électrique de l’hôpital.

 

La présence de 3 chirurgiens au cours de la même mission a mis en difficulté les équipes de stérilisation même si elle a fait tout son possible pour nous fournir les instruments quotidiennement. De même, le manque d’IBODE au sein de l’équipe EDA surcharge le travail des chirurgiens qui doivent assurer jusqu’aux soins de pansements. A mon sens, l’équipe chirurgicale doit comprendre un binôme chirurgien / IBODE.

 

CONCLUSION

 

Cette mission a rempli ses objectifs de formation en chirurgie du prolapsus génital par voie basse. On note une continuité au fil des missions car ce sont les mêmes médecins qui bénéficient de nos enseignements. Des améliorations sont toutefois nécessaires pour le bon déroulement du bloc opératoire.

 

Annexes

liste des personnes participant à la formation :

  • Dr Doumbouya
  • Dr Traoré
  • Dr Fofana
  • Dr Keita

  • enseignement aux synthésards, exemple d’un cas clinique

 

 

CAS CLINIQUE

Mme KONATE Kadiatou, 26 ans, ménagère à Kouroussa

Mère de 2 enfants de 4ans et 18 mois

Dernières menstruations il y a 3 mois.

 

  1. Elle vous consulte en urgence pour des saignements associés à des douleurs pelviennes. Quelles sont vos hypothèses diagnostiques ?

 

Avortement spontané ou fausse couche

GEU

GIU

Môle hydatiforme

Ectropion ou pathologie cervicale

Lyse d’un jumeau

 

  1. Quels examens demandez-vous ?

 

Bhcg

Echographie pelvienne

 

  1. Vous avez le résultat du Bhcg positif et l’échographie montre un embryon de 67 mm de LCC avec une activité cardiaque. Que pensez vous des résultats ?

 

Conformes à une grossesse évolutive d’environ 3 mois

 

  1. 4 mois plus tard, elle consulte en urgence pour des contractions avec des pertes vaginales plus liquides. Quel est votre examen clinique ?

 

Mesure de la hauteur utérine

Palpation utérine

Prise de la TA et poids

BDC fœtaux

Touche r vaginal

 

  1. Quels sont vos examens paracliniques ?

 

Test de liquide amniotique

Biologie : hémoglobine, goutte épaisse, crp

Echographie : vitalité fœtale et quantité de liquide amniotique

 

  1. Elle contracte un peu, le col est raccourci et ouvert à 1 doigt et le test de liquide amniotique est positif. Quel est votre diagnostic ?

 

Menace d’accouchement prématuré avec rupture prématuré des membranes

 

  1. Quel est votre traitement ?

 

Hospitalisation

Tocolyse (spasfon ou inhibiteur calcique)

Antibiotiques au minimum 3 jours (éviter les résistances) : Amoxicilline

Maturation fœtale par corticothérapie

 

  1. Elle a regagné son domicile devant l’amélioration de son état. Lors de sa consultation de suivi, elle présente 160/100 de tension artérielle. Quelle est la définition de l’hypertension artérielle gravidique ?

 

A partir de 20 SA

Supérieure ou égale à 140/90 mmHg

 

  1. La bandelette urinaire est positive. A quoi pensez-vous ?

 

Prééclampsie

 

  1. Quelles sont les complications possibles de cette maladie ?

 

Eclampsie

Hellp syndrom

Hématome sous capsulaire du foie

CIVD

Mort fœtale

 

  1. Quels signes de gravité devez-vous rechercher ?

 

Acouphènes, phosphènes, céphalée en casque, Réflexes vifs

Œdèmes

Barre épigastrique

Oligurie / anurie

Laisser un commentaire