Compte Rendu > Contre la Mortalité Maternelle & Néonatale

COMPTE RENDU

Programme de Lutte Contre la Mortalité Maternelle & Néonatale
Kankan, du 2 au 17 Février 2019

Référent expert:

Lucile FERNANDEZ, Sage-Femme

1ère Mission

 

 

1.    Introduction

 

Objectif Global de Lutte contre la Mortalité maternelle et néonatale.

Mises en place de formations afin de renforcer et d’améliorer les capacités techniques du personnel et la qualité des soins dans la prise en charge de la santé maternelle et néonatale, formations SONU, utilisation de protocoles simples, actions d’améliorations sur les prises en charges des parturientes.

 

 

2.    Objectifs de votre mission

 

  • Découvrir, Observer, Comprendre, Analyser (Première Mission)
  • Travail de pair à pair à l’HRK et CSU de Missira
  • Proposer des améliorations et des formations SONU en fonction des demandes et des besoins identifiés (HRK et Missira)
  • Poursuivre les actions déjà mises en place par Josiane Lechene sur l’HRK et dans le centre de santé de Missira.
  • Formation des synthésards avec le Dr François Kohler sur les Urgences Obstétricales/Saignements en cours de
  • Mission exploratoire sur Gberedou Baranama (évaluation des besoins, dispensaire en cours de rénovation).

 

 

 

3.    Déroulement de la mission

 

·      Hôpital de Kankan :

 

Très bon accueil du Dr Souaré chef de service, du Dr Kaba, de Saran Kaba Sage-femme maîtresse Très bon accueil de toutes les Sages-femmes, des internes, ATS, élèves, synthésards et matrones.

 

–       Salle d’accouchement :

 

  • Planning des activités :
  • pas d’autre ONG en maternité pendant cette mission
  • présence tous les matins au STAFF Pavillonnaire puis l’après midi en salle quand les autres activités le permettaient
  • observations, dialogues, échanges
  • apprentissage du Malinké, formules de politesses et interrogatoire de base pour pouvoir communiquer avec les patientes
  • courts entretiens informels
  • partage des connaissances (prise en charge de la parturiente, échographe, monitoring)
  • information sur le fonctionnement du matériel (incubateur++, table accueil bébé, aspiration bébé…)
  • formation réanimation Néonatale, accueil nouveau-né/ventilation/massage thoracique
  • proposition de travailler « en équipe »

 

  • Interlocuteurs :

Dr Souaré chef de service, Saran Kaba sage-femme maîtresse, Médecins internes, SF depuis longtemps en poste, SF plus récemment nommée, ATS, élèves SF, synthésards, matrones

 

–       Bloc Opératoire :

 

  • Présence au bloc opératoire
    • pour de la chirurgie gynéco (Myomectomie, Pyosalpinx, GEU,…)
    • pour des Césariennes (DMF, Présentation dystocique) / Accueil du Nouveau-né au bloc et Surveillance Post opératoire

 

  • Interlocuteurs : Médecins Gynécologues Obstétriciens (Dr Souaré, Dr Kaba), Médecins internes (Dr Doumbouya), Equipe de Bloc (infirmières anesthésistes, personnel du bloc).

 

·      CSU de Missira

 

Rencontre avec le Dr Augustin, chef de centre, Rencontre avec Mme Tantisé au CPC

Très bon accueil de tout le personnel (très nombreux), très bonne entente avec les Sages-femmes Madeleine et Aïsha

 

  • Planning des activités :
    • 9h30-11h30 : travail de pair à pair en CPN
    • 11h30-13h : ateliers de formation quand l’activité du centre le permet : Utilisation des Roulettes Obstétricales pour Calcul du Terme, Formations Partogramme, Sutures, Réanimation NéoNatale.

 

  • Interlocuteurs : SF, ATS, élèves ATS dans toutes les activités

 

 

·      Dispensaire de Beredou-Baranama

 

Rencontre avec le chef du village

Rencontre avec la Sage-femme et les 2 ATS du village, visite du centre de CPN, de la salle d’accouchement, du village.

 

4.    Observations et constats initiaux

 

  • HRK
    • Les règles d’asepsie sont peu respectées,
    • Pas de désinfection (perfusions, injections, sondage vésical souvent réalisés avec la même sonde désinfectée à l’eau chlorée),
    • Les rideaux mis en place lors de la mission de novembre n’y sont plus (uniquement dans la deuxième salle, plus dans la salle principale),
    • Peu de sens de l’urgence,
    • Peu de surveillance des BCF (bruits du cœur fœtal),
    • La table de réanimation au bloc n’est pas allumée avant la naissance,
    • Incubateur pas toujours bien utilisé,
    • Prises électriques non fonctionnelles en salle d’accouchement,
    • Pas de peau à peau, ni de mises au sein dans les deux premières heures de vie

MAIS :

-Partogramme ouvert systématiquement pour chaque patiente en travail (très bonnes connaissances

théoriques mais peu de mises en pratique malheureusement, partogramme souvent incomplet, données manquantes ou inventées,

  • Dialogue et respect des femmes surtout par les jeunes SF,
  • Les patientes « à risques » sont perfusées,

-Bonne prévention des HPPI grâce à la GATPA (gestion active de la troisième phase de l’accouchement, ce qui correspond à une délivrance dirigée) réalisée systématiquement pour chaque patiente,

 

  • La réanimation est réalisée lorsqu’il y a besoin mais n’est pas toujours bien exécutée

 

§  Missira

  • Peu de moyen pour les consultations et les accouchements (pas de tensiomètre, pas de balance, pas de pèse bébé, très peu de matériel pour les accouchements),
  • Pas d’eau courante, pas de prises électriques,
  • Peu d’asepsie,
  • Beaucoup de personnel (SF, ATS, étudiants), et peu de place, formation des étudiants à améliorer mais bonne participation aux CPN

 

MAIS :

  • Très bon suivi de grossesse ; les femmes viennent tous les mois, reçoivent le traitement en

 

prévention de anémie, contre le paludisme et repartent avec la MILDA (Moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action),

  • Bonne tenue des registres et des carnets de suivis,
  • Journal de garde à jour et détaillé (sur l’activité de la journée et de la nuit),
  • Bonne prévention des HPPI (réalisation de la GATPA)

 

Gberedou-Baranama

  • Salle d’accouchement dans une case, rénovation du futur centre médical en cours,
  • Peu de matériel également, et matériel abimé (stéthoscope, maitre ruban,…),
  • 1 Sage Femme et 2 ATS pour tout le village,
  • Peu d’échanges possibles avec la SF le jour de ma visite, car beaucoup de femmes en salle d’attente

 

MAIS :

  • Très bon suivi de grossesse, très bonne tenue des dossiers et bonne organisation du classement des

 

dossiers et du bureau

  • Toutes les femmes enceintes du village viennent en CPN + les femmes enceintes des quartiers

« proches », au total réalisation de 700 à 800 accouchements par an

  • Bonne tenue des registres (suivi de grossesse, accouchements et naissances)

 

 

5.    Activités réalisées

 

–       Organisation du travail :

 

  • Temps de travail réparti entre l’HRK et le CSU de Missira essentiellement,
  • Participation au STAFF général le matin, puis au STAFF Pavillonnaire (ce qui permet d’enchainer avec des formations prévention HPPI et Réanimation Néonatale car la plupart du personnel est présent à ce moment là de la journée)

 

–  Matinée sur Missira :

  • travail de pair à pair en CPN,
  • réalisation d’accouchements en équipe quand l’activité le permet,
  • réalisation de formations prévention HPPI et Réanimation Néonatale avec TOUT le personnel de l’équipe (SF, ATS de tout le centre, étudiants,…), formation sutures et utilisation du partogramme (ouvert systématiquement pour chaque patiente, parfois à « posteriori »),
  • mise en place d’un KIT pose d’implant sur demande de la Sage femme

 

  • Retour à l’HRK en début d’après midi :
    • travail de pair à pair en salle d’accouchement, prises en charges des urgences obstétricales et réalisation d’accouchements (participation des étudiantes SF présentes),
    • formations informelles avec le personnel présent et l’équipe de garde de la journée (formation utilisation de l’échographe présent en salle, de l’incubateur, rappel des bonnes conditions d’utilisations et de l’entretien, travail de pair à pair sur l’utilisation du partogramme, surveillance du post partum immédiat (à améliorer), sondes vésicales à usages uniques imposées,

 

  • participation aux activités du bloc opératoire, rappel sur l’asepsie et la prise en charge du nouveau né au bloc opératoire,
  • mise à jour du registre des patientes hospitalisées,
  • proposition de la mise en place d’un ballon de Bakri en prévention des HPPI, kit en cours de construction, formation à

 

 

6.    Moyens matériels disponibles

 

  • Pour la Réanimation Néonatale : mannequin, 2 pagnes, matériel de réa pour l’accueil du nouveau-né (poire pingouin, AMBU, et BAVU)
  • Pour l’atelier partogramme, crayons noirs et gomme, tableau partogramme véléda (disponible à l’HRK et dans le centre de Missira), réalisation de « cas cliniques » avec reprises de dossiers pour s’entrainer à remplir le partogramme (notamment a postériori quand les dossiers n’ont pas été fait que ce soit en salle d’accouchement à l’HRK ou au CSU de Missira)
  • Pour l’atelier sutures périnée : carré de mousse, fils résorbables et kits de suture, formation de pair à pair, technique fils séparés, surjet et suture 1fils 1 nœud,
  • Pour l’atelier prévention HPPI : réalisation de cas cliniques, « KIT accouchement » remis a chaque SF (garrot, pince Kocher, ciseau)

 

 

7.    Résultats observés

 

–       A Missira :

Personnel très demandeur et très réceptif au CSU de Missira, très bonne participation de tous (SF, ATS, élèves,..), à la fin de la mission : atelier de formations aux élèves mis en place, formation du personnel entre pair.

 

–       A L’HRK :

Personnel moins demandeur mais très réceptif au travail de pair à pair, équipe très sensible à ma participation au travail en salle d’accouchement, observations et partage de connaissances en premier lieu puis interventions réalisées de manière douce et progressive.

 

8.    Points forts :

 

  • Personnel en tenue propre et correcte : vêtements, chapeau, sabots
  • Personnel dynamique, accueillant, ouvert au partage des connaissances
  • Confiance rapidement acquise à Missira ainsi qu’à l’HRK
  • Hygiène des mains respectée (lavage des mains et port de gants)
  • Nouvelle dynamique dans l’équipe, accompagnement des patientes, écoute, respect de l’intimité et accompagnement de la douleur (surtout chez les jeunes SF)
  • Très bonnes connaissances théoriques sur le partogramme mais pas toujours rempli en temps réel
  • Voie veineuse posée à la majorité des patientes
  • Utilisation du doppler sonicaïd pour surveiller les BCF
  • Bon accueil du nouveau-né : gestes, mise en incubateur (à quelques détails près)
  • Bonne prévention de l’hémorragie du post partum immédiat (GATPA systématiques, sondage, RU…)
  • Protocoles affichés et respectés concernant la crise d’éclampsie et l’HPPI
  • Souci de bien faire malgré la charge de travail
  • Contact très facile en fin de la mission avec tout le personnel, échanges agréables

 

 

9.     Points à améliorer :

 

–       A Missira :

  • manque de matériel, pas de pèse-bébé, pas de pèse-personne adulte, tensiomètre à partager avec la

CPC

  • beaucoup d’intervenants au moment de la CPN : SF, ATS, élèves (jusqu’à 10 personnes quelquefois)
  • partogramme à remplir en temps réel

 

 

–        Salle d’accouchements HRK

  • entretien et nettoyage du matériel encore insuffisant (pèse bébé, surfaces, incubateur, sonicaïd, table d’accueil bébé au bloc opératoire)
  • cardiotocographe peu utilisé : manque d’habitude, pas de prise en état de marche à proximité des tables d’accouchement
  • la salle des accouchées est peu toujours bien « encombrée » (dossiers, partogrammes, matériel…),
  • la surveillance du post-partum encore insuffisante (globe utérin, saignements, paramètres vitaux peu pris, parfois inventés…)
  • surveillance du nouveau-né : la mise en place de l’allaitement n’est pas toujours proposé en post partum immédiat

 

  • remplissage du partogramme à réaliser en temps réel
  • utilisation du ballon de Bakri à mettre en place

 

10.     Recommandations pour la suite des actions

 

  • Poursuivre les formations (le personnel des CSU est demandeur),
  • Poursuite de la formation de la surveillance du post partum immédiat (1 décès pendant mon séjour, défaut de surveillance ?), poursuivre les ateliers de réanimations avec le matériel apporté (BAVU notamment),
  • Poursuivre l’état des lieux à Gberedou-Baranama et l’avancement de la rénovation du centre de santé
  • Améliorer la gestion du stock matériel,
  • Formation à mettre en place pour l’utilisation du tamponnement intra-utérin (ballon de Bakri) afin de diminuer encore la mortalité maternelle

 

 

11.      CONCLUSION

 

Beaucoup d’observation pour ma première mission afin de comprendre le fonctionnement du système de santé, les pratiques, la culture.

J’ai reçu un excellent accueil de tout le personnel dans chacune des structures, en particulier à Missira grâce à la régularité de mes visites, une confiance mutuelle s’est plutôt rapidement installée avec une relation de pair à pair privilégiée dans le sens où j’ai énormément appris et donné (je pense, en tout cas je l’espère).

Il a été difficile d’intervenir au début (en particulier a l’HRK), le temps de trouver ma place, mes marques, de me familiariser avec le Malinké également.

Il a été difficile aussi de savoir ce dont le personnel de l’HRK avait besoin en matière de formation, surement par timidité ou manque de confiance en soi, avec la peur que les pratiques soient jugées. J’ai quand même pu proposée des actions d’améliorations mais sans en imposer la pratique dans l’immédiat, je suis restée sur la réserve concernant les pratiques culturelles (dont certaines me paraissent tout à fait respectables). L’apport de matériel adapté est indéniablement nécessaire.

On ne peut douter d’une réelle amélioration et d’énormes progrès depuis plusieurs années, mais les actions de prévention sont intégrées petit à petit, et restent un travail de longue haleine. La régularité des missions est bonne chose, les formations des uns et des autres semblent être complémentaires dans l’évolution de la prise en charge des patientes et des nouveau-nés dans les différentes structures. Il me semble important de continuer à se passer le relais au fur et à mesure des prochaines missions pour ne pas perdre cette progression de soin.

Je tiens à remercier toute l’équipe EDA de février 2019, merci d’avoir veillé sur moi, une bonne entente au sein de l’équipe a rendu ma première mission moins difficile.

Merci à tous les agents du centre de santé de Missira pour leur accueil, leur confiance, leur bonne humeur constante et leur intérêt lors des ateliers de formation.

Merci au Docteur Souaré, à la Sage-Femme Saran Kaba, à tous les médecins et bien sur l’équipe complète de maternité pour leur accueil chaleureux, le partage et leur intérêt.

Et Merci à toi aussi Jo de m’avoir si bien aiguillé.

Laisser un commentaire