Compte rendu de mission – Novembre 2018 – Kankan – Compagnonnage en réfection de pansements

 

 

COMPTE RENDU

Compagnonnage en réfection de pansements

Hôpital de Kankan

du 3 au 19/11/2018

 

 

Référents experts:

BACONNET Nathalie

Infirmière hospitalière

 

 

  • Objectifs spécifiques

 

Affectée au Service de Traumatologie, j’ai pu fixer 2 objectifs par une étroite collaboration et un compagnonnage à la

:

    • Réfection des pansements des plaies opératoires ettraumatiques

    • Surveillance post-opératoire et suivi des paramètres des opérés

 

  • Déroulement de la mission

Malgré l’accueil chaleureux de l’équipe médicale, des ATS et des étudiants, il m’a fallu 3 jours pour comprendre le fonctionnement de cette unité. En plus de l’activité du service, il existe une autre activité pour le personnel à savoir, celle des patients externes envoyés par le service des Urgences pour un avis spécialisé en traumatologie. De ce fait, il m’a été difficile de trouver un interlocuteur.

La réfection des pansements étant la principale activité, nous avons décidé de travailler sur cet objectif par une étroite collaboration et un compagnonnage au quotidien.

De plus, après discussion avec les ATS, nous avons décidé de revoir la surveillance post-opératoire des opérés avec la mise en place d’une fiche de surveillance spécifique et le suivi des paramètres en utilisant le dossier d’hospitalisation dupatient.

 

  • Moyens

    • Humains :

J’ai travaillé avec des ATS titulaires et stagiaires à savoir Mr KABA Kader, Mr…. André, Mr GUEYE Oumar, Mr FAMOUDOU Sanoh et Mme GUISSE Aminata qui ont fait preuve d’une grande motivation.

Il faut noter que les étudiants en médecine étaient aussi très présents afin d’améliorer leurs connaissances.

 

    • Matériels:

Pour la réfection des pansements : le service dispose d’un seul chariot à pansement, ce qui me semble insuffisant car parfois il y a jusqu’à 18 pansements à faire. Il existe une boite avec des instruments divers : à leur demande, j’ai rajouté 2 paires de ciseaux (1 à bouts ronds et 1 à bouts pointus) et 4 pinces (2 adson mousse et 2 adson griffe). Ces instruments sont stérilisés dans un Poupinel situé dans la salle de soins (en 30 minutes)

 

Pour la surveillance post-opératoire, il y a un tensiomètre mais pas de thermomètre : je leur en ai donc remis un. Il

n’existait pas de fiche de surveillance post-opératoire : je leur ai donc proposé 2 fiches. La première étant déjà utilisée aux Soins Intensifs de l’hôpital (fiche créée par Laetitia Boyer EDA) et la seconde créée par le Dr Mahjoub. Après

1

utilisation au quotidien de ces 2 modèles, l’équipe a opté pour celle des Soins Intensifs. Cela me semble plus judicieux afin d’harmoniser les pratiques professionnelles.

 

  • Résultats

Je n’ai pas réalisé de formation mais nous avons échangé sur la prise en charge des plaies en insistant sur le respect des règles d’asepsie (remise de la fiche EDA des protocoles pansements) ainsi que sur la nécessité d’une mise en place d’une fiche de surveillance post-opératoire.

La mise en pratique s’est faite grâce au compagnonnage quotidien et j’ai pu observer une nette amélioration de leurs habitudes lors de la réfection des pansements (nettoyage du chariot, ouverture des emballages stériles, utilisation des gants à usage unique et stériles, tri des déchets). A noter, le respect des soins les plus propres avant les soins les plus sales sachant qu’il y a beaucoup de plaies infectées.

La mise en pratique de la fiche de surveillance des opérés ainsi que le suivi des paramètres s’effectuait plutôt l’après- midi et pendant la garde.

 

  • Points forts:

Après 15 jours passés au sein de l’équipe, j’ai pu constater leur motivation pour améliorer leurs pratiques

professionnelles dans la prise en charge des plaies tout en respectant les règles d’asepsie. La remise de la feuille EDA sur les protocoles pansements les a confortés dans leurs bonnes pratiques. L’ensemble du personnel a fait preuve

d’un réel intérêt pour les conseils que j’ai pu leur dispenser ce qui a permis de faciliter le compagnonnage au quotidien.

 

  • Points à améliorer

Un peu plus de rigueur dans la surveillance post-opératoire et dans le suivi des paramètres grâce aux outils disponibles (traçabilité) seraient les bienvenus.

Le service dispose d’un point d’eau : hors il n’y a pas de savon, ce qui est dommage (seule la solution hydro- alcoolique est utilisée)

Il serait peut-être intéressant de travailler sur la prise en charge de la douleur lors d’une prochaine mission (avant réfection des pansements et post-opératoire) ainsi que sur la traçabilité de la réalisation des pansements dans le dossier d’hospitalisation (soins/exécution)

 

CONCLUSION

 

Malgré un début un peu difficile pour cette première mission humanitaire, le bilan est très positif : les échanges et le compagnonnage au quotidien a permis une réelle amélioration dans la prise en charge des plaies et la surveillance des opérés du service. J’espère que d’autres infirmières pourront travailler à nouveau dans le service afin de les encourager à poursuivre leurs efforts.

Laisser un commentaire