Compte rendu de mission – Octobre 2018 – Siguiri – Formation en échographie obstétricale

 

 

 

 

COMPTE RENDU

Formation en échographie Obstétricale

Protocoles des situations à « risque »

7 octobre au 20 octobre 2018

Hôpital de SIGUIRI

 

 

Référent expert:

Michel de Bruyn

Gynécologue obstétricien

 

  • Introduction

Formation en échographie qui s’inscrit dans la continuité du travail de Fabienne Stock (cf. son rapport de mission du 20 janvier au 4 février 2018) Un contact téléphonique préalable a été ​​ très utile. Un aide mémoire d’échographie réalisé par les sages femmes d’EDA s’est révélé un très bon outil pour les sages femmes et médecins en formation.

 

  • Objectifs de votre mission

Evaluation des compétences ​​ déjà acquises par les sages femmes référentes en échographie.

Formation de base des sages femmes et médecins débutants : manipulation de l’échographe, ​​ apprentissage de l’analyse de l’image échographique : grossesse, position et vitalité fœtale, mensurations et détermination du terme, localisation placentaire.

Le but étant de diagnostiquer les grossesses à risques et prévenir les complications obstétricales.

Prévention de la mortalité maternelle : CAT pour prévenir ou traiter les hémorragies obstétricales et la crise d’éclampsie.

 

  • Déroulement de la mission

- A noter, en préambule, l’excellente organisation de cette mission, l’ambiance particulièrement chaleureuse et amicale parmi tous les participants.

A Siguiri, chauffeur à disposition pour tous nos déplacements, et très bon accueil à l’hôpital. Lequel hôpital nous a fait bonne impression tant dans son aspect général que dans la motivation du personnel.

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ - Marie, David, Daniella, Jean Luc, Chantal, et Michel (c’est moi), assistions chaque matin au staff de

l’hôpital au cours duquel les différents services faisaient un rapport d’activité des dernières 24h. Occasion d’analyser et argumenter les cas médicaux difficiles survenus pendant la garde. Témoins discrets, attentifs et intéressés, nous avons eu, lors de ces staffs, la possibilité de donner notre avis, faire des recommandations. (Daniella « code rouge », accès aux produits et médicaments d’urgence), ou des présentations (Chantal « hémovigilance »).

 

 

 

 ​​​​ 

  • Observations et constats initiaux

Le service maternité, récemment rénové, dispose d’un vaste préau d’attente qui donne accès aux différents bureaux, salles de consultations et d’hospitalisation. Le bloc obstétrical a 3 boxes d’accouchement séparés par une cloison fixe, et un bloc opératoire pour les césariennes. L’espace réservé aux sages femmes se trouve dans le couloir, ainsi que la table utilisée pour la réanimation des nouveaux nés. La stérilisation se fait dans une salle annexe avec un matériel nettement insuffisant ou hors d’usage.

L’activité « maternité » est importante avec en moyenne, une dizaine d’accouchements et 2 césariennes par jour.

En l’absence du Dr. Paul Chef de service, c’est le Dr Bérété qui a la responsabilité de la maternité, secondé par 3 autres médecins gynécologues : Dr. Daniel, Dr. Keita, Dr. Diaka Condé.
D’autres médecins généralistes ou synthésards participent à l’activité du service.

 

Les échographies se font dans la salle d’échographie située à l’entrée de la maternité. L’appareil utilisé est un échographe de marque EDAN, simple rustique et facile d’utilisation, la qualité de l’image est moyenne mais suffisante pour les informations recherchées.

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ Il n’a pas été possible de se servir de l’échographe Kontron « imagic agile » apporté lors de cette

 ​​ ​​ ​​ ​​ ​​​​ mission et destiné à l’hôpital de Siguiri. ​​ Si l’image de cet appareil est de bonne qualité, il présentait

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ des défauts de fonctionnement concernant le gel ou dégel de l’image ainsi que le ​​ déplacement des

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ curseurs par la boule de commande. Faute de pouvoir le rendre utilisable, l’appareil sera ramené en

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ France.

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ Deux sages femmes : Fatoumata Konaté et Tenin Keita ​​ formées par Fabienne Stock lors d’une  ​​ ​​ ​​​​ 

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ précédente mission, sont particulièrement compétentes pour la réalisation des échographies

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ obstétricales. Elles sont secondées par une autre sage femme qui remplit la feuille de compte rendu,

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ (voir pièce jointe) et elles sont d’accord pour continuer de ​​ transmettre leur savoir aux médecins et

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ sages femmes désireux de se former.

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ Les échographies sont ​​ gratuites et proposées aux femmes enceintes qui viennent en consultation

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ prénatale: environ 15 ​​ par matinée et 5 ​​ par après midi. Les demandes d’échographie

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ pelvienne ​​ (douleurs, saignements, infécondité…) sont prises en compte, mais n’ont pas de réponse

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ adaptée, faute de sonde endo-vaginale et ​​ par manque de formation.

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ En cas de coupure d’électricité, le groupe électrogène est mis en route à la demande.

 ​​ ​​ ​​ ​​ ​​ ​​​​ 

 ​​ ​​ ​​ ​​​​ Activités réalisées

- Organisation du travail

L’apprentissage de l’échographie étant essentiellement « pratique » je me suis efforcé de faire manipuler le plus possible les débutantes avec la participation des plus chevronnées :

. Manipulation de l’appareil

. Conduite logique d’une échographie obstétricale : position, vitalité, mensurations du fœtus, quantité de liquide amniotique et localisation placentaire.

. Analyse et transcription des résultats sur la feuille de C.R.

. Explication à la patiente et recommandation si nécessaire

 

- Formations réalisées pour :

Deux médecins gynécologues obstétriciens : dr. Daniel et dr. Diaka Condé

Les sages femmes : Binta Guissé, Bintou Nabé, Aminata Sylla

 

- Thématiques des formations…

Le but de cette formation en échographie est le dépistage des grossesses à haut risque maternel. Les hémorragies obstétricales constituent la première cause de mortalité maternelle, et pourraient être évitables. Le placenta prævia, le décollement placentaire, l’hémopéritoine, ​​ la disproportion foeto-pelvienne, peuvent être dépistés par une échographie.

Nous organiserons dans le service deux séances de « formation » traitant de la crise d’éclampsie et des hémorragies de la délivrance.

Deux morts maternelles sont survenues pendant notre mission à Siguiri, toutes deux pour hémorragies. La première, après rupture utérine chez une primipare admise trop tard à l’hôpital (état de choc, hb. 4g), la seconde pour hémorragie après une césarienne, décédée dans le service 3 jours après l’intervention. Une meilleure surveillance en suite de couches, aurait permis de la sauver. Un diagnostic d’hémopéritoine aurait pu être fait par une échographie et anticiper la reprise chirurgicale.

 

  • Résultats observés

Quantitatifs

  Activité de formation théorique

  • Nbre de sessions de formation : 2

Crise d’éclampsie : 10 participants, 2 médecins et 7 sages femmes

Hémorragies de la délivrance : 15 participants 4 médecins et 11 sages femmes

  • Evaluation pré et ​​ post-formation non réalisée

 

 Activités de consultation « échographie » :

  • Nom et fonction des consultants guinéens

Les médecins : dr. Daniel, dr. Diaka Condé, dr.Malon Traoré

Les sages femmes : Fatoumata Konaté, Tenin Keita, Binta Guissé, Aminata Sylla, Bintou Nabé,

  • Nombre de patients consultés : environ 180 échographies ont ​​ été réalisées pendant les 11 journées de ​​ notre présence à l’hôpital de Siguiri

  • Prévalence des pathologies consultées : la plupart étaient des échographies obstétricales du 3ème trimestre sans anomalie particulière. A noter également : 8 grossesses gémellaires, 2 morts in utéro à 26 et 32 S.A. une grossesse molaire, 6 avortements précoces, une suspicion de GEU (hémopéritoine). Les ​​ échographies pelviennes gynécologiques étaient normales (sous réserve des limites techniques de l’appareil) sauf une seule : ovaires polykystiques.

 

Qualitatifs

Par rapport aux objectifs fixés

Bonne compétence de deux sages femmes ayant déjà bénéficié d’une formation, et qui ​​ pourraient poursuivre la formation des débutantes, lesquelles sont très motivées pour apprendre et se perfectionner.

 

7.  ​​​​ Points forts :

 ​​ ​​ ​​ ​​ ​​ ​​​​ Grande motivation des médecins et sages femmes désireux ​​ d’acquérir une bonne compétence en

 ​​ ​​ ​​ ​​ ​​ ​​​​ échographie obstétricale.

 ​​ ​​ ​​ ​​ ​​ ​​​​ Salle d’échographie située à l’intérieur du service maternité ;

 ​​ ​​ ​​ ​​ ​​ ​​​​ Echographe disponible 24h sur 24 par l’équipe de garde

 

8.  ​​​​ Points à améliorer

 

9. Recommandations pour la suite des actions

 

 

10. CONCLUSION

 

Si cette mission a pu être aussi enrichissante et motivante c’est grâce à un accueil chaleureux du personnel de l’hôpital et à la présence très amicale de Marie, Daniella, Chantal, David et Jean-Luc, les EDA de Siguiri.

La formation ​​ à l’échographie a représenté l’essentiel de mon activité et mérite d’être poursuivie et complétée, en mettant un accent plus particulier sur son utilisation dans les situations d’urgence au bloc obstétrical, ou en suite de couches. Une sonde vaginale serait bien utile pour les indications gynécologiques.

Mais mon emploi du temps ne s’est pas limité à l’échographie. J’ai ​​ également pu participer à la vie de la maternité :

  • le matin avec les médecins et sages femmes, visite ​​ commentée et argumentée des hospitalisées dans le service.

  • Avec et grâce à Daniella, j’ai fait quelques actes de présence en salle d’accouchement.

  • Toujours avec Daniella, séances de formation à l’intention des médecins et sages femmes.

  • Encore avec Daniella, quelques travaux de couture, de mécanique ​​ et ​​ de maçonnerie.

  • Avec tous (Marie, Daniella, Chantal, David et Jean-Luc) déchargement du container.

  • Enfin participation (avec Daniella et Chantal) aux « pots » d’inauguration ​​ de la nouvelle maternité et du cabinet dentaire (en l’absence très regrettée de Jean Luc, Marie et David).

Grace aux téléphones mis à notre disposition, nous restions en contact avec nos amies et amis EDA de Kankan. Occasions aussi d’échanger et communiquer sur des cas médicaux et éventuellement organiser des prises en charge à l’hôpital régional. Merci Maeva et Jean-Philippe pour votre grande gentillesse et disponibilité.

Depuis les années 1990 et suivantes j’ai participé et effectué de nombreuses missions médicales en Afrique (surtout avec l’ONG de Grenoble « Aide médicale et Développement ») et c’est la 2ème avec EdA. Ce sera sans doute la dernière et j’en garderai un souvenir « impérissable » tant par la qualité de l’organisation, que par l’amitié, la solidarité, et l’implication de chacun lors de ces 15 jours passés ensemble. Que du bonheur !!!

 

 

     Michel de Bruyn

 

 

 

 

Pièce jointe : le CR échographique utilisé pour chaque patiente