COMPTE RENDU HYGIENE – SOINS INFIRMIERS CENTRE DE SANTE RURAL DE KINTINIAN

 

 

Référent expert :

Eulalie PASTOR, infirmière.

 

Introduction

EDA est en appui de ce CSR depuis octobre 2019. Chaque mission qui s’y rend est composée d’un médecin généraliste, d’une sage femme et d’une infirmière. C’est la 3éme mission.

Objectifs de la mission

Compagnonnage formatif en hygiène et soins infirmiers

Etat des lieux des besoins des équipes de soins IDE/ATS

Déroulement de la mission

Visite des lieux pour l’ensemble des membres de la mission : Dr F.GUITARD, médecin généraliste, S.ESCUDIER, sage-femme et moi-même, accompagnés par M. CARON, chef de mission. Rencontre des différents membres de l’équipe présents ce jour-là : médecins, sages-femmes, l’équipe du labo, IDE et ATS.

 

Observations et constats initiaux

Les équipes ne disposent que de très peu de moyens.

Seules deux tables d’examen, un bac d’eau chlorée et une petite paillasse avec un carton « fourre-tout » qui ne contient rien d’indispensable et un flacon de Povidone dermique. Les compresses et le coton sont distribués « au compte-gouttes ».

Le CSR en lui-même est aéré, mais les deux salles de soins IDE sont plutôt exigües et très sombres. Les entrées, sans porte, ni rideau, sont assez étroites. La salle, où sont situées les deux tables d’examen, est plutôt encombrée et inadaptée à la prise en charge des blessés de la mine ou de la voie publique.

Absence de :

– Saturomètre, collier cervical, canules de Guedel, plan dur, attelles, « kit d’urgence » très simples (de quoi perfuser, faire des pansements compressifs, suturer…)

Aux soins, il n’y a pas d’oxygène disponible.

Les soins infirmiers (pose de VVP, injections) se dispensent sous le préau, sur des bancs en bois disposés en U, avec au centre une petite table de soins où tous les infirmiers préparent les soins. Les poubelles sont disposées sous la table ou tout près. Un bac d’eau est disponible juste devant, avec un pain de savon.

Activités réalisées

Tous les matins, présence au staff de 8h30 jusqu’à 9h, parfois 9h30. Les deux rapporteurs présentent respectivement leurs transmissions retranscrites dans le cahier des rapports de garde : l’équipe de garde puis l’équipe de la maternité.

Un deuxième temps est consacré aux questions/amendements divers puis un dernier temps aux informations générales.

Chacun des membres de l’équipe EDA était ensuite toute la matinée auprès des équipes dans leur secteur respectif : CPN, maternité, soins.

Repas sous le manguier vers 13h.

Après-midi : temps plus informel pour les questions et échanges avec les IDE et ATS, compte-tenu de l’activité ultra calme les AM.

Moyens matériels disponibles Table et chaises sous le manguier.

Quantitatifs :

Un temps de rassemblement tous les jours vers 11h. Thématiques évoquées :

Tri des déchets

 

Affiche proposée à l’équipe, élaborée avec les photos prises au sein du centre de santé.

Faite en 3 exemplaires plastifié : un affiché dans le service des soins IDE, un donné le dernier jour lors de la restitution à Alama , chef d’équipe  et un exemplaire donné au chef de centre.

Produit en croix

Sensibilisation à « la prescription médicale conforme »

 

A mon sens, il existe un vrai problème de rédaction des prescriptions médicales. Elles ne présentent pas souvent les critères suivants : NOM + prénom, date, nom du médicament, posologie et durée du traitement.

Exemple sur la deuxième ci-dessus : Dexa 5 amp > quelle posologie ? Dosage ? Fréquence de prise ? Idem pour le Solicef.

J’ai pu remarqué que les IDE/ATS interprètent les prescriptions avec un risque d’erreur accru. La pharmacie n’est pas vraiment aidante dans la mesure où « elle » ne délivre pas toujours le bon médicament, au bon dosage, selon la voie d’administration prescrite…

J’ai pu observé une administration de Paracétamol 1g IV sur un bébé de quelques mois car la prescription manquait de précision et la personne qui s’apprêtait à administrer n’a pas du tout questionné la prescription.

 

Hygiene :

 

Sensibilisation au lavage des mains auprès des sages-femmes en introduction d’une formation réalisée par Sandrine.

Points forts

Les IDE et ATS sont très enthousiastes à l’idée d’enrichir leurs connaissances. Ils sont en demande, ont envie de savoir comment les soins se déroulent en France. Ils sont très à l’écoute et leur accueil a été particulièrement chaleureux.

 

 

Points à améliorer

Ce n’est pas un « point à améliorer » mais plus une piste de réflexion quant à l’accueil des urgences au sein du CSR.

En deux semaines sur site, nous avons du accueillir deux jeunes hommes, deux polytraumatisés, qui sont tous les deux décédés à la suite de leurs blessures suite à des éboulements de la mine.

L’accueil du polytraumatisé au sein du CSR est rendu extrêmement délicat par :

  • la configuration des lieux : l’accès au « lit de soins » est très étroit, la pièce est très sombre. Il est impossible de se mobiliser autour du patient. La pièce est exiguë.
  • Le manque de matériel : dans les deux situations, la seule chose qui nous a été possible de mettre en place est une VVP avec un sérum salé. Pas d’oxygène, pas de collier cervical, pas de plan

dur, pas d’attelles, pas de tensiomètre dédié, pas de réserve de « banque sanguine », pas de thérapeutiques adaptées à la prise en charge de l’urgence vitale…

  • Le manque de formations des professionnels paramédicaux : états de choc, conduites à tenir, manipulation du polytraumatisé, surveillances…

 

 

Recommandations pour la suite des actions

Faire le point sur ce qui a été mis en place lors de cette mission :

  • Lavage des mains avant, après chaque service et entre chaque
  • Utilisation des trois plateaux en acier pour les soins type injection, pose de cathéter…
  • Respect du tri des déchets dans les 4 contenants

Respect de la prescription médicale

 

 

Utilisation des plateaux de soins.

Proposer de nouvelles pistes d’amélioration des soins :

  • Extension du tri des déchets aux salles d’observation, à la maternité et au laboratoire. Proposer aux IDE et ATS des soins de former les autres équipes du CSR.

 

Ousmane, expliquant le tri des déchets à ses trois collègues.

Poursuivre le travail sur l’hygiène : au choix, entretien des locaux / abords du centre. Revoir le circuit des instruments type ciseaux, pinces après leur utilisation.

Concernant  les  instruments,  il  y  a,  si  j’ai  bien  compris,  une  seule  boîte « chirurgicale » métallique. Les infirmiers sont tous amenés à faire des pansements, des sutures et sont dépendants de cette boîte.

Au cours de la mission, j’ai récupéré dans la réserve des stocks EDA des kits à pansements contenant chacun : des ciseaux, une pince et une pince Kocher.  Chaque IDE/ATS a reçu un jeu d’instruments. Nous avons récupéré des boîtes en carton, plates et assez larges pour que chacun puisse y ranger son « petit matériel personnel ».

Actuellement il existe un bac d’eau chlorée dans une des salles des soins. Nous avons revu la dilution, à savoir avec du Klorsep. Pour préparer une solution diluée à 0,5%, il s’agit de mettre une dose dans 2L d’eau. Sachant que : il n’y a pas de repère sur le sceau rempli et que la cuillère-dose a disparu. Donc chacun apprécie la quantité de « une dose ». Qui plus est, le change de l’eau quotidien n’est pas encore entré dans les habitudes du service. Cette tâche qui incombe à tous n’est pour le moment attribuée à personne. Aucune traçabilité pour le moment de cette tâche.

Poursuivre le travail sur le respect de la prescription médicale : en collaboration avec l’équipe médicale.

Conclusion

Mission tout à fait encourageante de par l’implication des collègues guinéens et leur accueil chaleureux.

Intérêt d’une équipe pluridisciplinaire sur site +++

A mon sens, avancer dans l’accompagnement des équipes par étapes.

Laisser un commentaire